Filigrane du bonheur

Il avait longuement voyagé sur une route d’oubli. Un soir, sous une étoile enragée, il revint à pied à la maison. Il garda longtemps les yeux fermés, comme pour écouter sa propre source. Il était là, paisible, les passions émoussées et l’imagination engourdie, comme du chagrin qui se repose. Il semblait avoir accepté sa vie quelle qu’elle ait été.

Pour moi, il était un rêve, une promesse. Le plaisir d’être, ne serait-ce qu’un instant, à nouveau avec lui me rendait fou.

Mais son retour ne me suffisait pas. Après un instant d’insouciance, je voulais être aimé en retour de mon amour. Je voulais le paradis, le ciel. Maintenant que je l’avais retrouvé, j’avais peur de le chercher encore. La saveur d’un futur commun me donnait de l’espoir. Evidemment, je savais bien qu’il pouvait s’échapper et qu’il s’échapperait s’il savait que j’en rêvais.

La peur de ne plus être avec lui fut une entrave à ma sérénité car elle rendait mon malheur possible. En fait, il ne resta qu’une toute petite journée, et le monde étant ce qu’il est, ce jour unique fut presque un miracle. Depuis toujours, il n’avait été qu’un éclair ne brillant que pour annoncer l’orage. Dans notre maison, il aurait été la salle d’attente.

Je l’ai reconnu au bruit qu’il a fait en partant. J’aurais dû fuir de peur qu’il ne se sauve, partir me cacher dans l’inconnu avec mes deux secrets : le plaisir puis l’oubli.

Aujourd’hui, je ne me relancerai pas là-dedans. J’ai tant fait pour m’en sortir. Je n’ai plus peur de lui. Pour moi, il n’existe plus vraiment. Il est devenu une sorte de non-évènement. D’être sans lui m’a rendu sage. Je ne cultive maintenant que mon aptitude à lui…… le bonheur !

Seul le plaisir a le mérite d’exister, mais ça, c’est une autre histoire…

Contrainte de l’OuLiPo, le filigrane consiste, à l’origine, à sélectionner dans un dictionnaire de référence, un certain nombre de locutions contenant un mot donné. Il faut effacer le mot dans chaque locution et construire un court poème avec ce qui reste. J’ai décidé d’en faire un texte en croisant les citations et en opérant plusieurs réaménagements successifs.

J’ai utilisé les citations de Gilles Vigneault, Jules Renard, Romain Gary, Paolo Coelho, Marcel Proust, Jean Genet, Jacques Prévert, Alfred de Musset, Francis Picabia, Victor Hugo, Delphine de Vigan, Yasmina Reza, La Rochefoucauld, Frédéric Beigbeder, Théophile Gautier, Michel Houellebecq, Léo Ferré, George Sand, Sylvain Tesson, Amine Maalouf et d’autres encore trouvées ici

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s