Lettre à Samuel Paty

Monsieur Samuel Paty,

Je n’ai pas pu vous écrire, jusqu’à ce jour. Il m’a fallu du temps pour vous adresser ces quelques mots tellement j’ai été touché par votre meurtre. Et puis, très rapidement, la colère contre les réseaux sociaux, contre l’ignorance, contre tous les commentaires des idiots qui ont dit « Oui, mais … », cette colère est montée en moi. Aujourd’hui, ma tristesse et ma colère se sont transformées en détermination. Mon cœur est toujours lourd mais il faut maintenant aller de l’avant.

Le 16 octobre 2020 aurait dû être pour vous une journée légère. Un soir où vous seriez rentré à la maison, satisfait du travail accompli, avec la douce perspective de deux semaines de vacances. Vacances que vous auriez passées à vous reposer sans doute, mais aussi à vous occuper de vos proches, à lire évidemment, et certainement à préparer vos cours pour la rentrée. Pourtant, rien de tout cela n’a été possible. Un fou islamiste vous attendait à la sortie de votre travail pour vous assassiner.

Je viens ici vous dire mon affection, ma tristesse, à vous que je ne connais pas, que je n’ai jamais rencontré. Et pourtant, je me sens affecté comme si on avait décapité l’un de mes proches.

Avant de continuer, je dois vous préciser que je ne suis pas croyant et que je doute fort que vous puissiez me lire. Mais tant pis ! Si par un miracle auquel je voudrais aujourd’hui croire, vous pouvez m’entendre, je voulais vous dire toute ma reconnaissance.

Comme après chaque attentat, j’ai été bouleversé. Mais votre meurtre m’a ému d’avantage. Mes larmes, en effet, sont indissociables de ma détermination. Je pleure votre disparition comme quelqu’un que j’aime, mais je crie aussi car en vous tuant vous, on voulait tuer notre République, notre Ecole et notre Laïcité.

Je n’ai pas eu la chance d’avoir un professeur comme vous pour m’enseigner l’Histoire et l’Education Civique. Il m’a fallu cheminer seul pour comprendre toute l’importance de la liberté d’expression. Ce n’est qu’après l’attentat contre Charlie Hebdo que j’ai réellement compris la chance que nous avons, ici en France de pouvoir caricaturer une religion. Vous, j’en suis certain, vous l’avez évoqué tous les ans avec vos élèves. Vous avez fait le choix d’éclairer leur parcours, de leur montrer comment la laïcité nous rend libres en évitant de nous imposer la soumission à quelque religion, en nous laissant le choix de croire comme celui de ne pas croire.

J’espère maintenant que nous suivrons votre exemple. Le terme « Vivre ensemble » ne doit pas être une coquille vide. Il faut que nous soyons capables, tous ensemble, de nous parler, de discuter, de débattre sans jamais nous insulter. Il nous faut regarder nos différences en prenant de la distance, pour mieux les accepter comme l’espoir d’une plus grande richesse. Il nous faut en finir avec les mises à l’écart, avec les « Eux » et les « Nous ». Nous devons tous rester exigeants et lutter contre les racismes et les rejets. Nous devons continuer à éduquer nos jeunes, comme nos moins jeunes. C’est cette éducation que vous chérissez tant qui nous rend libres, égaux et solidaires.

Tim Le Besson, 24 novembre 2020

1 commentaire

  1. Merci pour cette lecture très émouvante. Éduquer, encore et toujours. Éduquer les enfants, les adolescents, les jeunes.
    Et peut-être, un jour, éduquer les parents.
    Qu’ils prennent conscience de leur rôle dans la formation de l’esprit de leur enfant.
    Qui nous apprend à devenir parents ? Est-ce inné ? Je pense qu’il nous faut apprendre, comme cela se faisait autrefois par transmission entre générations.
    Apprendre à apporter à son enfant tous les soins et la nourriture dont il a besoin, et apprendre également que l’école ne peut éduquer seule un enfant, qu’un partenariat riche et solide est nécessaire, que parents et école sont des alliés et non des opposants, même si leur approche et leurs valeurs diffèrent parfois.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s